Découvrez toute la gamme ERAZER

JVMag

Le webzine suisse du jeu vidéo

Test – Bright Memory: Infinite, l’action accélérée

Disponible depuis 2021, et développé par une seule et même personne, Bright Memory: Infinite a un style de jeu qui mélange parfaitement les genres. Avec des bosses à la sauce Dark-Souls, des énigmes simples comme dans un Tomb Raider et de l’action à la Crysis, nous sommes ici en présence d’un incontournable du genre. Malheureusement, celui-ci est bien trop discret à mon goût, c’est pourquoi j’ai décidé de vous en parler aujourd’hui.

Encore un FPS ?

Bien que le marché soit actuellement débordé par le genre, Bright Memory: Infinite a marqué mon esprit rien que pour sa vitesse d’exécution. En effet, le gameplay est hyper rapide, mais reste bien soigné. On y trouve un certain rythme dans le style de DOOM, en bien moins gore. Malgré le fait que l’on retrouve uniquement cinq armes durant toute la campagne solo du jeu, j’ai eu beaucoup de plaisir à utiliser les différents outils que l’on n’a pour décimer les ennemis. Cerise sur le gâteau, chaque objet à son gameplay. De quoi donner de la crédibilité à chaque action.

Bright Memory: Infinite et BOUUUMM!

De l’action, de l’action et surtout de l’action.

Dès mon arrivée dans le jeu, je n’ai eu le droit qu’à trois explications pour utiliser l’arsenal en place. La suite s’est déroulée directement sur un champ de bataille ! Bright Memory se déroule en Chine, dans de magnifiques décors anciens dans lesquels vous incarnez la jolie héroïne Shelia Tan. Cette dernière, agente du SRO; Science recherche Organisation. Elle se retrouve chargée d’enquêter sur un phénomène météorologique surnaturel. Bien évidemment, au cours de cette enquête rien de ne va se passer comme prévu. Je me suis retrouvé donc à me frotter contre des forces militaires ennemies et également à des dangers revenus du passé.

Si l’action est effrénée et que le jeu offre un bon défouloir, je tiens à vous mettre en garde. Ne comptez pas plus que trois heures pour arriver au bout de l’aventure. C’est très court, mais gardez à l’esprit que c’est un jeu blindé de technique, non répétitif, et développé par une personne.

Un gameplay innovant

Ce jeu est tout simplement rafraîchissant. Il ressemble à beaucoup de ses prédécesseurs comme Crysis, mais il demande une certaine rigueur dans son exécution, selon la difficulté. L’histoire n’est pas vraiment travaillée et semble un peu exagérée de temps à autre. Bright Memory: Infinite cache son charme dans ses combats. C’est typiquement le genre d’expérience faite pour se vider la tête après une mauvaise journée.

Bright Memory: Infinite. Soldat volant.


Tout ne se déroule pas via nos armes. En effet, notre personnage possède également des pouvoirs “IEM”, dans le style du jeu Control. Ils sont conférés grâce à notre armure. Grâce à ce système, on peut notamment envoyer les ennemis en l’air, faire des attaques plus puissantes avec notre sabre. Utiliser un grappin, ou encore faire exploser des ennemis.

Petit point corps à corps, notez que le sabre est l’arme de mêlée du jeu. Il a été mon meilleur compagnon pendant toute la campagne, il permet notamment de trancher les ennemis en deux de manière hyper violente. Mais aussi de voler en exécutant correctement chaque coup de sabre. Mieux encore, il permet de renvoyer des balles ou attaques de corps à corps. Un outil inoubliable.

Trop court, trop vide

Malgré ces excellents points, Bright Memory: Infinite souffre d’un manque cruel de contenu. J’ai passé la majeure partie de mon temps en combat et à looter. Cette phase ne procure aucun plaisir puisqu’il s’agit simplement simplement de ramasser des munitions ainsi que des reliques pour obtenir un nouveau pouvoir IEM, voir les améliorer.

Bright Memory: Infinite Screenshot gameplay

Le scénario n’est pas mauvais, mais tout est tellement exagéré que j’ai eu du mal à me plonger dans le peu d’aventure que le jeu souhaite nous raconter. Mention spéciale aux expressions faciales inexistantes qui m’ont complètement sorti de l’immersion.

Coté Kawaii !

Bright Memory: Infinite apporte avec lui un système de “skins” plutôt simple pour le personnage. Plutôt inattendu au premier abord, le titre offre tout de même quelques quelques scènes où l’on voit notre héroïne. Mieux encore il est possible de parcourir l’aventure à la troisième personne ! Je tiens tout de même à vous le dire, ce contenu est bien évidemment payant.

Bright Memory: Infinite. Le coté Kawaii. 
Shelia Tan Rabbit School Uniform

Expérience amusante, il faut parfois rester discret, alors que notre personne porte un magnifique uniforme rose et avec des oreilles de lapin.

Les graphismes

C’est ici que réside le deuxième intérêt principal de ce jeu. Les graphismes sont simplement époustouflants, surtout pour un studio qui est au tout début de sa carrière. Bright Memory: Infinite tourne sur Unreal Engine 4 et supporte le Ray Tracing et DLSS 3 via les RTX 40XX. Disponible aussi sur les consoles Xbox Series X|S et Playstation 5, la claque est tout autant monumentale.

Pour ma part je le trouve très bien optimisé et le rendu est très propre. Les scènes d’action sont totalement explosives et l’environnement est plutôt réussi. La lumière est parfaitement mise en avant puisqu’il fait sombre, et que la pluie fait rage. Une ambiance particulière, parfaitement mise en avant par toute cette technique si bien maitrisée.

Bright Memory: Infinite RTX ON VS OFF

Conclusion

J’ai pris beaucoup de plaisir à jouer ce rôle de super héroïne chinoise comme dans mission impossible. Globalement, l’aventure en vaut le détour et donne vraiment envie de voir ce que ce studio de développement chinois nous réserve à l’avenir. Si vous n’avez pas encore goûté à ces quelques heures explosives, ne tardez pas. De plus, notez que le jeu est encore suivi par le studio

Pour moi, Bright Memory: Infinite peut vraiment être une référence dans dans le genre FPS de 2021. Pas par sa narration ou son aventure, mais par la maitrise de son gameplay et son action qui ne semble jamais s’essouffler.

Le jeu est disponible sur Nintendo Switch, PlayStation 5, Xbox Series X|S, et PC.

[Note générale : 7,5/10]

Les +:
– Les combats super dynamiques
– La qualité des graphismes et l’optimisation globale du jeu
– Le style culturel du jeu, les paysages
– Le personnage
– Le gameplay, vraiment révolutionnaire et très attachant

Les – :
– L’histoire qui n’a pas vraiment de sens
– Le système de loot presque inexistant (pas d’inventaire)
– Le monde un peu vide entre les combats

– Un peu trop court (environ 1 à 2h30)

Contexte du test:
– Jeu acheté sur Steam
– Joué sur : PC

Bright Memory: Infinite Screenshot gameplay
Bright Memory: Infinite Screenshot gameplay
Bright Memory: Infinite Screenshot gameplay
Bright Memory: Infinite Screenshot gameplay
Bright Memory: Infinite Screenshot gameplay
Bright Memory: Infinite Screenshot gameplay
Bright Memory: Infinite Screenshot gameplay
Par  « #SaveTF2 » 

Publié le 22.01.2023 à 16:18.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *