Notre nouveau podcast est disponible

JVMag

Le webzine suisse du jeu vidéo

Test – ARK : Survival Ascended, comme en 2015 ?

À la surprise générale, ARK : Survival Ascended est sorti le 27 octobre dernier sur PC en accès anticipé. Cela a de quoi remémorer les souvenirs de Survival Evolved, datant lui, de l’année 2015.

Mais en fait, c’est quoi ARK ? Eh bien, il s’agit d’un jeu de survie, jouable en solo et en multijoueur, dans un monde perdu et rempli de dinosaures. Là où il est innovant, c’est qu’il est possible de dresser les différentes créatures afin que celles-ci nous aident face aux autres monstres du jeu, mais aussi des autres joueurs.

Pour ce test, j’ai pris la décision de partir directement sur un serveur PVP, histoire de vivre l’expérience la plus pure possible. Me considérant comme un vétéran du premier volet avec près de 1’200 heures de jeu, je peux affirmer que je sais déjà à quoi m’attendre. Pour vous donner une idée, j’ai passé plus de 24 heures à tester cette nouvelle version.

Est-ce que ce « remaster » réussit là où sa première version s’est vautrée ? C’est ce que nous allons voir ensemble.

Dernière chose importante à savoir; ARK n’a pas vraiment de fin. C’est un jeu fait pour le multijoueur et l’expérience se doit d’être vécue à plusieurs. Je vais donc plus orienter mes arguments sur mon ressenti du jeu, et non sur sa durée de vie, car celle-ci est littéralement infinie.

Déjà-vu

Après le lancement du jeu et une première tentative de connexion, les premiers ennuis commencent déjà. Une fois arrivé sur la page de création du personnage, le jeu cesse instantanément de fonctionner. Pire encore, il faut à chaque fois ouvrir le gestionnaire des tâches afin de stopper le processus du jeu manuellement.

Après une dizaine de tentatives, je trouve enfin une parade. Dès que l’on arrive sur l’écran de création du personnage, il faut directement passer à l’étape suivante. Exit la personnalisation de mon survivant.

Autre bug très gênant; il semble que certains serveurs apparaissent et disparaissent sans raison particulière. Le « server browser » aurait quelques problèmes pour l’instant d’après ce que j’ai pu voir passer dans mes recherches.

Test - ARK : Survival Ascended, comme en 2015 ?

Mon personnage se réveille enfin sur l’ile et le jeu rame, il rame beaucoup même. Equipé d’une carte graphique RTX 3080, d’un processeur i7-9700K et de 32 GB de RAM, je peine à tenir 30 images par seconde. Il est donc nécessaire de passer par le menu des options graphiques afin de tout passer en qualité « basse ».

Après cela, j’arrive à atteindre (par moment) 60 à 70 images par seconde; c’est pas fou, mais je ferai avec. La synchronisation verticale me semble être une très bonne alternative. Visuellement, le jeu reste joli, mais c’est vraiment dommage de répéter les mêmes erreurs du passé alors que cela aurait dû être quelque chose de corrigé pour cette deuxième « sortie ».

En plus de cela, ARK a tendance à crash régulièrement et sur un serveur PVP, ça ne pardonne pas. Autant le dire tout de suite, l’optimisation du jeu est au ras des pâquerettes.

Pour conclure le tout, seule la première carte du jeu est disponible. Bien évidemment, les autres cartes vont arriver avec des mises à jours régulières, mais pour ceux qui ont retourné cette première, c’est assez rageant au final.

Quelques nouveautés bienvenues

Passé l’émerveillement des premières minutes face aux nouveaux graphismes du jeu, je fini rapidement par retrouver mes marques et mes souvenirs m’aident à m’y retrouver rapidement.

Chose intéressante; une cinématique nous accompagne désormais à notre première connexion et cela apporte directement une meilleure compréhension du vaste lore de ARK.

Outre le fait que la végétation soit plus dense, que le rendu de l’eau soit plus joli et que les effets de lumières ont été retravaillés, c’est bien le même jeu que je retrouve.

Test - ARK : Survival Ascended, comme en 2015 ?

Cependant, quelques nouveautés viennent agrémenter cette « redécouverte ». Désormais, on retrouve des bébés dinosaures sauvages qu’il est directement possible d’apprivoiser, sans passer par l’étape endormir et nourrir.

En parlant du dressage des dinosaures, une fois que vous avez endormi une créature, celle-ci s’affiche via une petite icône sur l’écran afin de surveiller à distance son temps restant et si il faut l’anesthésier à nouveau (la torpeur pour les connaisseurs). C’est une nouvelle feature vraiment très pratique et qui évite de faire des aller-retours incessant.

Test - ARK : Survival Ascended, comme en 2015 ?

L’inventaire a également été retravaillé et il me semble plus lisible qu’avant. La construction des bâtiments est également différente; il est possible maintenant de construire un mur et qu’avant de le poser, cela propose de choisir si il va être un mur, un encadrement de porte ou même une fenêtre. Ce n’est toujours pas le meilleur des choix et la pose de certaines structures reste souvent hasardeuse.

La gestion de l’électricité se voit aussi changée; exit les câbles de partout, cette nouvelle version fonctionne comme une zone où les différentes technologie sont alimentées selon une délimitation précise. Cela facilite donc grandement l’installation et évite d’avoir des fils qui dépassent de partout.

Les dinosaures bénéficient également d’apparences légèrement modifiées; je les reconnait au premier coup d’œil, mais ils sont quand même mieux fait aujourd’hui. Par ailleurs, certains comportements ont changé; des créatures dociles comme les Phiomias peuvent se défendre maintenant quand ils ont des petits avec eux. Malheureusement, les animations n’ont pas vraiment évolué et au final, on retrouve quasiment les mêmes mouvements et saccades du premier opus.

Des nouveautés seraient également au programme concernant l’histoire, car oui, ARK possède une histoire assez riche et celle-ci devrait être étoffée dans cette nouvelle version. En l’état actuel, seule une petite portion serait disponible, mais PVP oblige, la découverte sera pour une prochaine fois.

Test - ARK : Survival Ascended, comme en 2015 ?

Alors on y retourne ?

En l’état actuel, je ne conseille pas de prendre le jeu. À moins d’avoir un ordinateur qui rivalise avec ceux employés par la NASA. Certes, ARK : Survival Ascended est plus joli, mais son état ne permet pas de profiter de l’immense potentiel du jeu.

Je pense honnêtement qu’il va falloir encore attendre plusieurs mois afin de pouvoir se faire une meilleure idée du jeu et qu’en attendant, il vaut mieux continuer à jouer sur la première version. Surtout si vous êtes un adepte du PVP, les combats sont brouillons et les performances médiocres ne font qu’envenimer les choses.

Même si l’accès anticipé est mis en avant et que ARK comprend plusieurs nouveautés intéressantes pour le confort des joueurs, je trouve inacceptable de sortir un jeu dans cet état en 2023.

Je pense que ARK : Survival Ascended ne va pas réinventer la roue et qu’il faut le considérer comme une grosse mise à jour graphique, certes avec quelques nouveautés bienvenues, mais qui manque d’arguments de vente pour le moment.

Il faut espérer maintenant que les développeurs se focalisent sur les performances du jeu; et une fois que celui-ci sera plus stable, je pourrai revoir ma note finale.

Test - ARK : Survival Ascended, comme en 2015 ?

[Note générale : 6,5/10]

Les + :
– Très beau (si vous avez de quoi le faire tourner)
– Refonte de la map
– Des animaux vraiment bien modélisés
– Une immersion immédiate

Les :
– Optimisation totalement aux fraises
– Peu de nouveautés au final
– L’IA et la collision des créatures à vraiment à revoir
Une seule carte disponible au lancement

Contexte du test
– Clé offerte par Wildcard
– Joué sur PC

Par  « Votre manque de foi me consterne » 

Publié le 29.10.2023 à 11:33.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *