Venez participer à notre calendrier de l’avent 2022

JVMag

Le webzine suisse du jeu vidéo

Test – You suck at parking, diablement prenant

You Suck at Parking est un jeu de conduite du studio belge Happy Volcano. Au travers de petits niveaux, vous allez devoir garer correctement votre véhicule sur les quelques places disponibles. Attention, la tâche est plus dure qu’elle n’y parait. Une approche très simple, qui demande une certaine maitrise, le tout à la sauce Micro Machines.

You Suck at Parking review

Amusant, parfois frustrant

Le jeu renferme plus de 100 niveaux diaboliquement préparés pour sa partie “campagne”. Il faudra enchainer les sauts, profiter du flux des ventilateurs géants ou encore s’appuyer sur les turbos pour passer au-dessus du vide et atteindre une place de parking. Si ces quelques obstacles s’annoncent comme une balade de santé, quelques pièges viendront alors corser votre parcours. Mines, aimants, murs carbonisant seront votre quotidien. Il faudra également gérer notre essence. Vous ne pouvez pas vous amuser à tourner pendant des heures dans un niveau comme on le fait au centre ville. Il y a certes quelques bidons d’essence de temps à autres sur le parcours pour faire durer le plaisir. Si ces quelques lignes commencent à vous faire suer autant que le permis de conduire dans Grand Theft Auto San Andreas, je vous rappelle que votre véhicule ne dispose malheureusement pas de marche arrière, adieu donc les créneau facile, ici c’est frein à main direct. Vous pouvez désormais trembler, You Suck at Parking peut devenir une véritable épine dans le pied.

Au fur et à mesure que vous parcourrez les circuits, et réussirez vos parcages, vous pourrez alors progresser vers des niveaux de plus en plus complexes. Bien évidemment, de nouveaux obstacles vont vous empêcher de réussir votre objectif. Par exemple, vous allez rencontrer : des voitures de police, une circulation de plus en plus intense, et bien d’autres.

Test - You suck at parking, choix circuit
Une topographie à la Minecraft

Fast and Furious Vibes

Test - You suck at parking, personnalisation
les chapeaux indémodables

Si de plus en plus de jeux ne dérogent pas à la règle du traditionnel Season Pass, au moyen de quelques crédits supplémentaires, vous pourrez, au fur et à mesure que vous gagnerez en expérience, “pimper” l’apparence de votre véhicule. Nouvelles peintures, décalcomanies, fumée ou encore type d’explosions voir même klaxon. De quoi ne pas s’ennuyer lors de vos périlleuses manœuvres. La conduite c’est important, mais le style l’est tout autant.

Multijoueur

Test - You suck at parking, départ
5 sur 8 pour ce départ en multi

Bien sûr, le véritable attrait à long terme sera le multijoueur en ligne. Jusqu’à huit joueurs prennent part à certains des circuits les plus farfelues du jeu. Le but étant de se garer dans les neuf emplacements en premier, et ce, sur quatre circuits afin définir le vainqueur. Les collisions sont bien sûr de la partie afin d’empêcher votre adversaire de se garer ou de réussir une bonne manœuvre. Un futur jeu indémodable pour les LAN Party.

Test - You suck at parking, course

Conclusion

You Suck at Parking est un jeu sympa avec une prise en main facile. Outre la traduction littéraire, qui nous a fait rire, le contenu est assez riche pour nous surprendre dans chaque nouveau “biome”. En plus d’un mode online sympathique, la campagne solo est véritablement interminable. De quoi occuper des dizaines d’heures. Seule ombre au tableau, un système de Pass ainsi qu’une boutique in-game digne d’un jeu AAA qui n’ont pas le moindre intérêt sur ce genre de licence. You Suck at Parking est disponible sur Nintendo Switch, PlayStation 4, Xbox One et PC. Notez que le jeu est aussi intégré à l’offre Xbox Game Pass.

Test - You suck at parking

[Note générale : 8/10]

Les + :
– Facile à prendre en main
– Un mode campagne varié et progressif
– Un prix attractif (moins de 20 CHF)
– Mode multijoueur à 8

Les – :
– Les transactions en jeu pour obtenir des cosmétiques
– Manque cruel d’un éditeur de circuits

Contexte du test
– Clé offerte par l’éditeur/développeur
– Joué sur : PC


Par  « Born too late to explore the world. Born too early to discover the universe. Born at the right moment to master videogames » 

Publié le 27.09.2022 à 11:02.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *