La saison des annonces gaming débute ! Voici les informations.

JVMag

Le webzine suisse du jeu vidéo

Test – Gran Turismo 7, la passion est palpable

Après plusieurs années sans un véritable opus dans la veine de la saga, Gran Turismo profite de la nouvelle génération de consoles Playstation pour revenir en force. Un opus qui s’annonce riche dans son contenu et qui souhaite mettre en lumière la passion de l’automobile. De mon côté, en tant que joueur PC, mes armes sur la saga remontent à GT 2. Habitué d’Assetto Corsa ou encore Automobilista, j’ai décidé de me lancer à l’assaut de ce Gran Turismo 7, qui flirt avec la simulation tout en restant accessible. Avant de vous donner mon avis sur le jeu via la Playstation 5, un énorme merci à l’éditeur pour l’accès au jeu.

Tout en bas de l’échelle

Gran Turismo 7 reste dans le jus de ses prédécesseurs, et ça se voit dès les premiers tours de roues. Le jeu vous lance dans une carrière où vous commencez tout en bas de l’échelle. La courbe de progression est bien présente et c’est une très bonne nouvelle. Le titre nous fait profiter de ses voitures et en tant que joueur on prend vraiment le temps d’apprécier notre montée en puissance. Par la même occasion, j’ai pris plaisir à découvrir des véhicules que je n’aurai jamais sélectionné de moi-même pour une course.

Test - Gran Turismo 7, la passion est palpable

Ce choix de progression « lente » offre cette possibilité de sentir la passion de l’automobile. De manière globale, tout est très posé dans le jeu. J’ai donc profité de ce rythme pour lire l’histoire de certaines marques, ou d’apprécier des détails sur certains véhicules.

La sensation de progression ne s’arrête pas aux véhicules que vous allez posséder. En tant que bon Gran Turismo, cet opus remet en lumière les permis ! Si au début les épreuves sont simples, celles-ci se complexifient et sont bien sûr utiles pour apprendre à piloter comme il faut sur un circuit.

Pour le reste, GT 7 propose une expérience attendue. Les courses s’enchainent, vous achetez vos voitures en fonction des prérequis pour les championnats. Vous pouvez personnaliser vos véhicules sur le plan esthétique comme sur la performance. Classique au premier abord, mais plus addictif que prévu.

La passion

C’est pour moi, le point clé du jeu. En tant qu’amoureux des jeux de course, je suis comblé autant sur le secteur de l’arcade que de la simulation, mais je n’ai jamais croisé un jeu qui me fait autant ressentir la passion de l’automobile. D’habitude, les jeux nous proposent des courses, des voitures, et c’est tout. Ici le constat est bien différent. Vous allez pouvoir découvrir les marques via leurs histoires. Via des vidéos explicatives et des musées.

Test - Gran Turismo 7, rendu photo

Les objectifs de carrière sont rythmés via un café qui vous propose à chaque objectif atteint des explications détaillées dans l’univers automobile. Si cela ne vous suffit toujours pas, vous pouvez prendre en photo vos voitures préférées via Scales. Un mode photo qui mixe rendu 3D et images réelles. Comptez plus de 2’000 endroits à retrouver sur terre pour prendre vos plus beaux clichés !

Gâchettes adaptatives et Volant

Gran Turismo 7 a dès le début mis en lumière les capacités de la DualSense pour sa version Playstation 5. J’ai donc effectué une bonne partie du jeu à la manette. Il faut l’avouer, les sensations sont excellentes. J’ai ressenti chaque vibreur, chaque changement de vitesse ou encore chaque blocage de roue. Ces sensations sont différentes selon votre véhicule, c’est grisant et ça accompagne parfaitement notre montée en puissance.

Test - Gran Turismo 7 bmw

Mais la bonne surprise ne s’arrête pas là. J’ai effectué une autre partie de ce test via un Thrustmaster GT300 RS, et la configuration par défaut est simplement excellente. La sensation est bien sûr plus complète est plus immersive qu’à la manette. Un grand bravo à Polyphony pour cette excellente gestion des supports de jeu qui vous proposent d’excellentes sensations au fond de votre canapé comme accroché à votre Playseat.

Plaisant à regarder

C’est un fait, GT 7 est beau. Bien qu’il lui arrive parfois de souffler le froid, le jeu est globalement agréable à l’œil. Un travail particulier a été effectué sur les éclairages et ça se ressent. Bien que certains reflets sur les véhicules soient grossiers ou ne sont pas fluides, ils ont le mérite d’exister. Notez qu’au lancement le titre vous propose de partir sur un traitement plus joli qui peut être soumis à quelques baisses de framerate, ou de partir sur un rendu moins plaisant qui offre plus d’images par secondes. Dans mon cas, j’ai opté pour le rendu le plus beau, et je n’ai jamais senti la moindre baisse de performance.

Gran Turismo 7 mustang

Toujours sur le plan technique, le jeu fait honneur aux cycles dynamiques. Les courses qui offrent une météo changeante ou qui nous font transiter de nuit à journée sont un régal. Histoire d’enfoncer le clou, l’ambiance “pluie” depuis votre habitacle est un pur plaisir.

Petit bémol tout de même, la caméra extérieure n’est pas jouable. Elle n’est premièrement pas assez mobile malgré certains réglages et la sensation de vitesse n’est pas au rendez-vous. Optez pour la caméra habitacle ou capot pour une immersion plus efficace. De toute manière, GT 7 n’est pas un jeu d’arcade, et vous le comprendrez dès les premiers virages.

Microtransactions

Gran Turismo 7 microtransactions

Ce n’est pas un point dans lequel je vais m’enfoncer, mais que je tiens à soulever. Gran Turismo 7 possède des microtransactions qui peuvent s’élever à plusieurs dizaines de francs pour un seul véhicule. Vous pouvez bien sûr acheter vos voitures avec l’argent obtenu via les courses. Le jeu a fait beaucoup parler de lui là-dessus et d’un point de vue personnel, faire payer aussi cher du contenu de jeu pour un produit vendu plein prix ne doit pas être toléré.

Une lettre d’amour à l’automobile

Gran Turismo 7 désert

C’est comme ça que je conçois Gran Turismo 7. Bien qu’il offre une très bonne sensation de conduite, une grande variété de véhicules et de circuits, il propose surtout l’amour de l’automobile. Je me suis mis à contempler et lire, et j’ai ensuite lancé des courses. C’était son but premier et il y arrive tout en réussissant les autres étapes. Malheureusement il trébuche sur ses achats intégrés au jeu, et cela doit être pris en compte. Pour finir, notez que c’est un véritable Gran Turismo puisqu’il fait l’impasse sur les dégâts visuels, ils sont présents, mais si minimes qu’il ne faut pas compter sur eux.

Note générale : 17/20

Les + :
– Un hommage à l’automobile
– Contenu conséquent (+400 véhicules, +90 tracés)
– Techniquement réussi
– Excellentes sensations à la manette (PS5)

Les – :
– Microtransactions
– Les dégâts

Par  « Ficelle de luge ! » 

Publié le 10.05.2022 à 18:58.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *